Mon année à l'étranger - L'arbitrage entre LLM et Erasmus

Après plusieurs mois à m’interroger sur la meilleure manière d’utiliser cet espace blog, je me suis dit que le plus intéressant serait de vous permettre de suivre mon année à l’étranger. En effet, dans le cadre de mon diplôme (le magistère Juriste d’Affaire Européen de Nancy), mon année de M2 doit se faire à l’étranger. Deux choix s’offrent principalement à nous : partir étudier en LLM ou partir en Erasmus. Je sais que beaucoup d’étudiants en droit s’interrogent sur l’opportunité de partir un an, et selon quelles modalités. Vous faire un compte rendu de mon expérience pourra peut-être vous aider. Je précise néanmoins que pendant cette année, nous restons inscrits à la faculté de droit de Nancy au sein du Master 2 Juriste d’Affaire international et européen, parcours Magistère, qui s’effectue donc obligatoirement à distance pour cette orientation. 

 

Bien sûr, tout ne commence pas avec le déménagement. Nous réfléchissons tous à notre année à l’étranger depuis notre entrée dans le diplôme, et notamment au fameux arbitrage entre LLM et Erasmus. Pour ceux qui ne le savent peut-être pas, un LLM est un diplôme de droit qui permet d'approfondir un certain domaine et qui est généralement réalisé à l'étranger, l'expression renvoyant à l'origine aux diplômes anglo-saxons. Pour ma part, j’ai fait le choix de demander des LLM en Suède et un aux Pays-Bas, mais c’est loin d’être le choix de tout le monde et beaucoup ont privilégié la mobilité ERASMUS. Pour faire ce choix, j’ai pris en compte un certain nombre de critères : 

 

La destination

L’une des premières questions qu’il est nécessaire de se poser est tout simplement celle de l’endroit où vous avez envie de partir étudier. Ça peut sembler évident mais pourtant c’est une question essentielle et il ne faut pas oublier que partir étudier quelque part n’est pas la même chose que de partir en vacances dans ce pays, et ce que vous partiez pour un semestre ou pour un an. J’ai pris en considération : 

  • L’éloignement géographique 

Détail purement pratique, mais vous ne pourrez pas rentrer chez vous aussi facilement si vous partez en Allemagne que si vous partez au Japon. (Je n’ai pas spécialement prévu de rentrer chez moi pendant mon année à l’étranger, mais je préfère savoir que je peux le faire facilement si besoin et sans avoir à me ruiner en billet d’avion)

  • Le prix de la vie 
  • Le climat 

Ça c’est quelque chose de très personnel mais j’ai énormément de mal à supporter la chaleur, donc je me voyais mal partir étudier dans un pays du Sud. 

  • La langue 

Ce n’est pas du tout le critère le plus important, mais ça peut en déranger certains. Il y a des pays où il y a moins de cours disponibles en anglais pour ceux qui ne parlent pas la langue officielle, donc ça reste néanmoins à prendre en compte. 

  • Les différences culturelles

Le prix

Ce n’est un secret pour personne, les LLM peuvent vite devenir très chers, en particulier dans certains pays. C’est ce critère qui m’a notamment permis de rayer très rapidement les États-Unis de ma liste potentielle de destination (ça et des dizaines d’autres raisons qui font qu’il n’a jamais été question de partir là-bas, mais c’est une autre histoire). 

Pour donner une idée des frais de scolarité que peut engendrer un LLM : 

  • En Angleterre, il faut compter environ 20 000€ 
  • Aux Etats-Unis, il faut compter le double, voir le triple
  • En Suède, il n’y a pas de frais pour les étudiants de l’Union européenne 
  • Au Pays-Bas, celui auquel j’avais postulé coûtait 18 500€ 

Bien sûr, à ces frais il faudra ajouter les frais de constitution du dossier (traduction des bulletins, test de langue etc.) Pour ma part j’ai payé environ 320 euros de frais de traduction pour l’ensemble de mes relevés de notes de prépa et de fac ainsi que mes diplômes, et j’aurais dû payer environ 250 euros à 300 euros de test de langue que je n’ai finalement pas fait, ayant abandonné dernièrement ma candidature pour le LLM qui le demandait.

Concernant le programme Erasmus qui fonctionne par le biais de partenariat entre les universités, les frais d’inscription sont ceux de votre université française. 

La pertinence du cursus et la spécialisation du diplôme :

Pour le résumer très simplement : faire un LLM pour faire un LLM ça ne sert à rien. Si vous n’avez pas de raison d’en faire un, si celui-ci ne s’inscrit pas dans votre projet professionnel, ce  n’est peut-être pas la peine de s’endetter pour rien. Je ne peux pas vous donner plus de détails que ça parce que chaque projet est personnel, mais pour ma part je savais que ma spécialisation se prêtait bien à faire une année à l’étranger et qu’un LLM en droit européen pouvait être un plus pour mon dossier.

Mes choix

Pour ma part, j’avais envie de partir étudier dans un pays du nord de l’Europe pour faire un LLM orienté en droit des affaires. J’ai toujours su que je voulais faire mon année à l’étranger en Europe et pas à l’autre bout du monde, ce qui m’a déjà permis de réduire mon périmètre. Les frais ont joué un rôle important dans ma décision et m’ont rapidement permis d’écarter l’Angleterre de la liste de mes candidatures. Au final j’ai décidé de postuler en Suède d’une part parce que cela faisait longtemps que j’avais envie de découvrir le pays 

 

Finalement, j’ai décidé de postuler à 5 LLM : 

En Suède : 

  • LLM en Droit Economique Européen à Stockholm - Choix numéro 1
  • LLM en Arbitrage International à Stcokholm - Choix numéro 2
  • LLM en droit fiscal international à Lund - Choix numéro 3
  • LLM en Droit des affaires européen à Lund - Choix numéro 4

Aux Pays-Bas :

  • LLM en droit aérien et aérospatial - c’était ce LLM que je visais principalement avant la crise du coronavirus

 

À ce jour, je n’ai toujours pas de réponse d’admission pour le LLM à Leiden, mais j’ai été admise au LLM en Droit économique européen à Stockholm et j’ai décidé d’accepter cette place. J’ai fait ce choix au regard de la crise du coronavirus et des difficultés que rencontrent actuellement le secteur aérien : j’ai pensé qu’il était préférable de rester sur un parcours général pour le moment, aussi parce que je ne peux pas me permettre de m’endetter sur 20 000€ pour un avenir aussi incertain. 

 

Si je n’avais pas été admise en LLM, j’étais admise en ERASMUS à Lund. 

Au niveau des frais pour partir en LLM en Suède, en tant qu’étudiante européenne je n’ai payé aucun frais d’inscription ni aucun frais de dossier. 

 

Voilà donc quelques éléments sur le contexte de ce blog et la préparation de mon année. J’aimerai alimenter un maximum ce blog avec vos questions donc si vous en avez n’hésitez pas à les poster dans l’espace commentaire ou à nous contacter par le formulaire de contact du site, j'y répondrai dans le prochain billet. Je pense notamment faire un billet sur les conséquences du coronavirus sur mes choix concernant cette année et sur sa préparation, mais j'ai besoin d'un peu plus de recul. J'aborderai ensuite les préparatifs (notamment administratif et comment je m'y suis prise pour trouver un logement). 

 

Erasmus LLM

Ajouter un commentaire