Créer un site internet

Yannis : de la Licence au Master de A à Z

Bonjour,

Moi c’est Yannis Vassiliadis, je suis étudiant en droit et j’ai créé ce site avec des ami(e)s. Comme les camarades je vais vous faire mon petit témoignage (NB : En droit quand on dit qu'on va être bref, c'est faux). C'est un témoignage évolutif, au fur et à mesure des années je mettrais cette page à jour en essayant d'être le plus exhaustif possible. 

Mon plan est le suivant :

  1. Le lycée
    1. Les cours au lycée
    2. Le choix du droit
       
  2. Les cours à la fac
    1. L’université d’été
       
    2. Première année de licence
      1. Général
      2. Les matières
         
    3. Deuxième année de licence
      1. Général
      2. Les matières
         
    4. Troisième année de licence
      1. Général
      2. Les matières
         
    5. Master
      1. Général
      2. Les matières
         
  3. Vie à la fac et généralités
     
  4. La vie en dehors de la fac
     
  5. Divers conseils

A. Le lycée

  1. Les cours au lycée

Je viens d’un petit lycée cadurcien, Clément Marot pour ne pas le citer, au sein duquel j’ai fait une première et terminale S. Depuis le collège j’ai de bons résultats (rarement en dessous de 15-16) donc le lycée se passe teès bien même si la « S » a mis un coup léger dans mes résultats. Au lycée je m’intéresse à beaucoup de chose mais surtout à la politique et à l’actualité.

Je profite des cours de S pour m’intéresser aux maths, à la physique et un peu à la chimie. Aujourd’hui je suis encore content d’avoir quelques bases en maths.

En cours j’étais à peu près rigoureux mais vu que j’avais des facilités j'ai eu beaucoup de mal à vraiment me mettre au travail puisque jusqu'à la terminale je n'avais jamais réellement eu à travailler pour avoir de bonnes notes. C'est à la fois une chose que je regrette mais contre laquelle je ne pouvais rien. 

Je passe le bac, stressé comme pas possible, et j’en sors avec une mention TB. Quelques mois plus tôt sur APB j’avais mis que deux choix : Droit à Toulouse et droit à Bordeaux (j’aime bien la ville, Toulouse bof bof).

Finalement je suis accepté aux deux (Ah APB, tu fonctionnais pas trop mal) mais finalement pour des raisons persos je choisi Toulouse, plus proche de Cahors.

  1. Le choix du droit

Pourquoi le droit ? En réalité ça ne datait pas d’il y a super longtemps. J’ai toujours eu ça dans un coin de la tête mais c’était pas super sérieux, j’aimais juste l’éloquence d’une plaidoirie et la classe de la robe. J’ai jamais regardé Suits donc ça vient pas des séries (faut tellement que je me mette à jour d’Engrenages qui est, selon les copains pénalistes, la seule bonne série réaliste). J’ai lu « Bête noire » de Eric Dupond-Moretti. Je le relis de temps en temps. En lisant ce livre je me suis dit que à part faire du droit ben j’étais fait pour rien d’autres. EDM est un pénaliste alors j’entre en fac de droit convaincu que je vais faire du pénal. Oh boy ça a changé mais pas grave, j’avais un pied à la fac.

Nous voilà parti pour Toulouse.

 

 

B. Les cours à la fac

  1. L’université d’été

J’ai commencé la fac par ce qu’on appelle l’université d’été fin août. C’est gratuit (je crois), et facultatif mais ça parlait méthode alors je me suis dit que c’était un bon plan d’autant plus que ça me laissait du temps pour me perdre dans Toulouse (on parle de ça après). Effectivement c’était une bonne idée puisqu’encore aujourd’hui quand j’ai un doute sur la méthode je me sers du document que j’ai créé lors de cette université d’été (qui a été mis à jour et est disponible ici : Partage de documents). Elle durait une petite semaine, peu de cours, des chargés de TD sympa donc ça donnait envie, on faisait des petits TDs tranquillement sans pression. Bonne expérience, je conseille vivement de le faire, c’est un premier pas assez doux dans le monde de la faculté tant d’un point de vue intellectuel puisqu’on va doucement aborder le droit que d’un point de vue physique : vous allez visiter seul la fac, repérer la logique des bâtiments etc… c’est du temps gagné et au lieu d’être chez soi à ne rien faire autant bien se préparer.

En parlant de préparation ne pourrissez pas vos vacances en essayant de bosser les cours. Je parlerais de ça dans un autre article mais ouvrez-vous à autre chose quand vous en avez le temps.

  1. Première année de licence :
    1. Généralités

Mon premier vrai cours était du droit constitutionnel, un lundi à 8h. J’habitais proche de la fac, j’y vais 1h plus tôt parce qu’à la pré-rentrée il y avait eu beaucoup de monde et peu de places mais surtout lors de l’université d’été on nous avait briefé sur le « venez tôt avant le cours, il risque d’y avoir du monde dans les escaliers » ce qui est vrai au début de l’année, très peu par la suite. Petit point rapide sur la pré-rentrée : allez-y, prenez des notes. Vous allez peut-être passé pour un idiot mais ça vaut vraiment le coup.

Il avait fallu, quelques temps avant lors de l’inscription choisir des TDs, et là je sais pas pourquoi j’ai fait du full public (droit constitutionnel et international) parce que j’avais un peu discuté sur le groupe d’entraide FB et j’avais été convaincu. Je ne le regrette pas du tout. Faut pas se stresser sur ce premier choix d’autant que bien souvent vous avez un peu de temps pour changer. Personne ne vous tiendra rigueur parce qu’en première année vous aviez constitutionnel en TD et maintenant vous faites du droit privé (à moins qu’il soit complètement con mais là je peux rien faire).

Les cours se passent bien, j’ai l’impression d’être dans mon élément à un détail près : je ne suis pas entouré de bonnes personnes pour moi. La fac c’est particulier, on est théoriquement laissé à notre compte mais en première année les profs guident énormément, ils donnent des conseils qu’il faut vraiment noter scrupuleusement. Les amis ça va, ça vient, on est entre 400 et 600 par amphis (théoriquement) mais rapidemment on se retrouve entre 300 et 400 (ceux qui abandonnent parce que le droit faut connecter 3 neurones, parce qu’ils n’aiment pas ça, parce que se murger « Chez Tonton » c’est mieux etc…) et des têtes reviennent souvent. N’oubliez pas que vous n’êtes pas seul contre 599 mais 600 indivus isolés tout aussi seuls les uns que les autres alors n’hésitez pas à engager la conversation sur un « salut, excuse moi j’ai pas eu accès à l’Edt on a quoi après ? » et peu importe le cours donner un avis léger dessus mais sur le ton de la rigolade, si possible un avis qui fait consensus comme ça boom sujet de discussion. On n’est pas sur LinkedIn, soyez naturels (tiens ça aussi faut que j’en parle à la fin).

Rapidement j’ai compris qu’il fallait s’entraider, ça sonne comme une grande révélation mais je suis en M1 et certains pensaient que c’est un concours jusqu'en L3 (j’en reparle plus tard), donc je partage mes notes le plus possible, j’essaie de répondre aux questions sur le groupe de promo. Bref je m’engage. C’est ce que je vous conseille de faire. Déjà parce qu’en aidant les autres vous allez vous permettre une meilleure compréhension mais surtout vous allez exister dans l’amphi et ça peut vraiment être pratique. Je vais citer Einstein, ça fait classe : Si vous ne pouvez expliquer quelque chose simplement, c’est que vous ne l’avez pas bien compris. Franchement il a raison Alberto.

Les TDs commencent et les chargés insistent sur la méthode. Ils ont raison. J’entendais récemment parler des enseignants à la cafèt (ouvrez vos oreilles les gens, la curiosité c’est pratique) qui disaient que chez eux la méthode valait 12/20. La méthode varie un peu en fonction des profs mais elle est assez uniforme. Apprenez-la et maitrisez-la en première année et la suite se passera beaucoup mieux. La méthode en droit elle est assez rigide. Croyez-moi nous sommes pas mal à le déplorer dont des profs mais pour certains un plan en 3 parties est un drame, pour d’autres si on divise en 2 parties, 2 sous parties et encore 2 sous parties c’est l’enfer, en gros un plan en I, A, 1., 2., B…

Les deux semestres passent et moi aussi. Les cours de première année sont des introductions à pas mal de choses. On insiste sur des principes comme « lex posterior », « lex specialis », « présomption d’innocence », « liberté maximale » etc… et c’est pas pour rien. Ces principes sont des axiomes et pour comprendre une bonne partie du droit il faut les avoir en soit à chaque lecture. Soyez rassuré après on apprend à les remettre en cause, on voit leurs limites (oui, même à la présomption d’innocence qui est fondamentale). Les cours ne sont pas des exégèses en mode : voici l’article 12, analysons-le puis passons au 13. Il faut être stupide pour structurer son cours ainsi (sauf cas particuliers) parce qu’il y a, surtout en première année, des grandes lignes transversales qu’il faut bien retenir.

Les premiers TDs commencent deux semaines après les cours, vous allez voir le changement de rythme est très fort, on se fait surprendre tous les ans mais une fois la première semaine de TD passé et le rythme trouvé on s’y fait assez vite. L’astuce, évidente, est de ne jamais être dépassé, soyez toujours dans les temps et si possible en avance (ce qui n’est pas toujours possible par exemple quand la plaquette de TD sort au dernier moment). Il vous faut obligatoirement un affichage clair des prochaines échéances (TD, partiels blancs, partiels normaux, vacances, dossier à rendre etc…) avec un nombre de jour précis à chaque fois (prenez pas 10 minutes pour compter les jours, des sites le font pour vous) et des rappels un mois, trois semaines, deux semaines et une semaine à l’avance. C’est le meilleur moyen de ne pas se faire avoir.

En première année voici les cours :

  1. Les cours

SEMESTRE 1

SEMESTRE 2

LICENCE 1

Droit privé

Droit civil

Histoire du droit

Droit Constitutionnel

Institutions internationales

Économie

Sociologie (OPTION AU CHOIX)

Ethnologie juridique (OPTION AU CHOIX)

Droit constitutionnel

Histoire des institutions

Institutions européennes

(Extrait de mon inventaire d’archives, oui il faut garder ses cours en archives c’est toujours pratique).

Droit privé : les bases du droit commun, vraiment indispensable.

Histoire du droit : d’avant Rome à la révolution. Utile pour avoir une compréhension profonde de certains mécanismes.

Institutions internationales : Une des meilleurs profs que j’ai eu, ses cours étaient très denses c’était génial de voir la construction du droit international par ses acteurs.

Sociologie : le prof portait des converses et était cool mais je n’y suis pas allé souvent, c’était mal placé dans l’EdT et l’amphi était plein parce que le prof était marrant.

Droit constitutionnel : INDISPENSABLE. On voit les mécanismes de bases du droit public et de la construction du système français (et un peu des autres pays pour s’ouvrir). Vraiment un truc cool.

Droit civil : C’était surtout du droit de la famille (une introduction). J’ai détesté. Moi le mariage de M/Mme Truc avec M/Mme Bordel je m’en fiche... (Edit tardif : il le regrettera en Master mais ça il ne le sait pas encore). 

Droit constitutionnel : surtout axé histoire avec mon prof mais j’ai eu un super prof qui m’a donné l’envie d’enseigner

L’économie ne stressez pas, j’étais en S avec aucun cours d’économie et malgré les erreurs mathématiques présentent dans le cours (oui oui, ça arrive) je m’en suis sorti avec un 17.5 des hauts bois mais c’est une tradition le semestre d’économie (j’ai jamais dit une tradition intelligente).

Ethnologie juridique : là je peux pas aider, j’ai aucun souvenir et la prof ne m’allait pas donc j’y foutais pas les pieds (NB : pas spécialement une bonne idée, il FAUT aller en cours).

Histoire des institutions : La suite du cours d’histoire du S1.

Institutions européennes : On fait essentiellement de la description du système européen qui n’est pas le plus simple du monde. Il faut vraiment y passer du temps pour bien comprendre mais ensuite c’est utile.

Pour tout c’est vraiment pas la mort, faut juste bien suivre en cours et bien tout noter et évidemment : faire ses TDs et quand on n’a pas le temps (la murge de la veille n’étant pas une excuse) au moins lire la plaquette dans le bus, ça évite de passer 1h30 à chercher du soutien et à se faire Schproum.

 

 

  1. Deuxième année de licence :
    1. Généralités

L2 je prends en TD administratif et européen. Administratif parce que c’est du public et qu’il faut connaître beaucoup d’arrêts par cœur (j’en reparle après) et européen parce que je sens que c’est pas évident. Le choix est payant. En choisissant des matières complexes en TD on les bosse tout le semestre, pas au dernier moment. Je fais le même choix au deuxième semestre.

Sauf que : en L2 je fais une dépression. Pas uniquement liée à la fac, j’avais beaucoup de facteurs mais je fais une dépression. Je vais moins en cours, presque plus à vrai dire, le ralentissement psychomoteur me fait mettre 12h là où il en faut 2, je dors toute la journée, épuisé rien qu’à l’idée de sortir. Bref c’est pas merveilleux mais je tiens la tête hors de l’eau difficilement et surtout en m’accordant du temps hors de la fac, chez mes parents, à rattraper mon retard grâce à des amis, des vrais, qui m’envoient les cours. Fin du premier semestre je consulte une psychiatre et entame un traitement qui me permettra de mieux vivre et passer mon second semestre de L2.

Cette année-là (je chantais pour… ok j’arrête) je découvre deux matières : les finances publiques et le droit fiscal enseignées par deux profs que je remercie aujourd’hui pour la 200° fois mais c’est pas assez. A partir de ce moment-là mon projet d’orientation change. Je suis rentré en droit parce que je voulais être pénaliste, (je l’ai déjà dit mais je répète) j’avais lu « Bête noire » de EDM et pour moi j’étais fait pour le pénal (mais tellement pas), finalement j’étais parti vers le public (ça change pas beaucoup…. Private joke : le droit pénal est du droit privé mais les trolls dont je suis disent que c’est du public, bref) et désormais c’est décidé : je veux faire du fiscal.

L’année passe. Moi aussi.

  1. Les Cours

LICENCE 2

Droit administratif

Droit administratif

Droit civil

Droit de la responsabilité civile

Droit des affaires

Droit des affaires

Droit des finances publiques

Droit fiscal

Droit européen

Histoire des institutions publiques

Droit pénal

Procédure pénale

Droit civil : S1 de L2 c’est le droit des contrats, j’aime bien ça et la prof est géniale (je suis pas un fan de privé). Au S2 c’est de la responsabilité civile, le prof était bon et le cours pas inintéressant mais très long et c’est assez complexe.

Droit administratif : pour faire simple : le droit qui s’applique à l’État (je vais me faire tuer si un camarade publiciste lis cela mais il est 3h du matin je suis fatigué stay cool). Cette matière rebute pas mal de monde parce qu’il faut connaître des jurisprudences par cœur mais ça se fait sans grande difficulté si on travaille tout le semestre, évidemment 40 arrêts à apprendre en 2h c’est chaud mais bon, les arrêts arrivent petit à petit, en en faisant des recueils ça se fait facilement.

Droit des affaires faut relativiser, j’étais à mort dans l’affaire Société Générale – Kerviel et fan de son avocat Me David Koubbi mais bon, faut commencer par le début alors on se mange tous les trucs du commerce du bout de la rue, inscription au registre du commerce etc… on manipule pas des millions, au S2 c’est du droit de la concurrence, bien qu’amateur de propriété intellectuelle/industrielle j’accroche pas mais prof au top. (Edit : avec le recul il se rendra compte qu'il adore ça notamment parce que c'est technique et complexe). 

Histoire des institutions publiques le prof fait beaucoup de politique et pas de mon camp (oui, ça peut parler politique en droit, soyez malins et consensuels mais ne reniez pas vos opinions (sauf si vous êtes racistes/homophobe/transphobe etc… ce ne sont pas des opinions mais des délits et quittez ce site)) et assez sûr de mon semestre j’entreprends de le contredire violement et point par point en mettant en parallèle son cours que je considère dogmatique et mes recherches plus nuancées, je prends un 8.5 mérité mais j’avais réussi certainement l'embêter pendant 20 minutes l’objectif était rempli (j'arrive pas à savoir si je suis fier de ça ou non. évidemment je le déconseille absolument).

Finances publiques et fiscal : là on va pas se mentir les ¾ de l’amphi lèvent les yeux au ciel. Ce ne sont pas les matières les plus faciles, elles sont très techniques et en plus il y a des chiffres. Ce ne sont pas des maths de haut niveau et pour être largué pour les maths du fiscal de L2 faut vraiment pas savoir compter, avec un niveau fin collège début lycée on y arrive tranquillement mais faut s’y filer sérieusement ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Pour moi c’est vraiment les meilleures matières du monde parce que c’est vraiment technique et concret, tout ce que j’aime.

Droit européen : OULA. PAS DU TOUT MA CAME (comme beaucoup). C’est vraiment pas super intéressant selon moi mais d’une utilité fondamentale : le droit européen est aujourd’hui à peu près partout, il faut le comprendre.

Procédure pénale : le prof était un peu spécial, il ne supportait pas les L2 au début de l’année donc c’était violent (à base de « maintenant vous fermez vos gueules ») mais il s’est détendu quand il a vu que le groupe était assez cool et ça s’est super bien passé. La matière est intéressante parce que c’est on ne peut plus concret et guidé par de grands principes ancestraux qui ont tous une traduction concrète, c’est amusant ensuite d’aller voir une instance pour les retrouver les comprendre certains trucs qui peuvent paraître absurdes mais sont en fait logique. Point bonus : à l’oral le prof me fait tirer un sujet, je le prépare, il me demande si je le connais et je lui répond que oui (c’était le cas) et il me sort un magistral « bon ok, viens on parle d’autre chose », au final on a parlé procédure pénale et vu que je connaissais mon cours la discussion était cool, il testait mes connaissances de manière décontractée et ça c’est top.

 

  1. Troisième et dernière année de licence :
    1. Généralités

L3, j’arrive en L3 et je commence par une erreur : un stage au début de l’année au sein d’un centre des finances publiques. Initialement d’un mois le stage est raccourci à une semaine parce que je n’arrivais pas à suivre au niveau des cours. Résultat ce semestre, en plus d’être très droit privé, je patine à mort, 99% du temps la tête dans le guidon ce qui fait revenir la dépression, un retard irrattrapable. Disons-le simplement : un enfer. Malgré tout j’en sors presque honorablement (par rapport aux autres semestres où je ne suis pas descendu en dessous de 15) avec environ 13.

Le second semestre je le prend en parcours public, surtout pour éviter le droit de la famille qui me rebute, et le semestre se passe bien, j'ai eu des notes assez correctes dont un 14 en Droit International public avec un paragraphe de plus d'une page inspirée par la physique quantique. 

  1. Les Cours

LICENCE 3

Droit administratif des biens

Droit International Public

Droit Européen matériel

Droit humanitaire/Droit de la guerre

Droit civil

Droit public des affaires

Droit des groupements et des sociétés

Droit judiciaire privé (OPTION, un cours du parcours droit privé)

Droit des libertés fondamentales

Droit des libertés fondamentales

Droit du travail

Contentieux administratif

Droit administratif des biens (clin d’œil à la meilleure préfète du monde) : les personnes publiques (en très gros et vulgaire : l’État et tout ce qui y ressemble) possède des biens, des terres etc… et il faut s’en occuper, trouver comment on pourrait on ne pourrait pas les vendre, comment éviter qu’un président vende tout le patrimoine du pays pour son propre compte etc… C’est très complexe mais vraiment intéressant quand on prend la mesure de son importance.

Le droit européen matériel ( le contenu du droit européen, pas comment on le fait) j’aime pas ça mais ça recoupe avec beaucoup de passages des autres cours. 

Le droit civil c’était la partie sur le droit des biens (propriété etc…), j’étais pas fan non plus et

Le droit du travail c’est très politique et j’avais pas les mêmes idées que la prof donc forcément ça tendait les relations. Quand je dis "politique" évidemment on fait du droit et on ne porte pas une appréciation politique sur les choses mais le droit du travail est fondamentalement politique dans sa création. 

Droit des libertés fondamentales c’est vraiment super large mais globalement c’est transversal avec à la fois des grands principes mais aussi du droit concret, ça complète très bien la procédure pénale.

Les cours du S2 sont les meilleurs :

Droit international public c’est le droit des relations internationales entre États, j’avais pris ça en TD et jamais je ne pense le regretter c’était super stimulant parce que les profs n’étaient pas des spécialistes de cette matière et donc on avait vraiment un cours ouvert sur d’autres matières donc des prismes de compréhensions différents.

Droit de la guerre (ou Droit Humanitaire et pénal selon l’intitulé du prof ) ben le nom est assez clair : armes autorisées, protection des civils etc… Je suis passionné d'arme à feu et j'ai eu la chance de tomber sur les armes autorisées donc c'était très enrichissant parce que la guerre c'est évidemment horrible mais on peut aussi l'aborder d'un point de vue "froid" et technique. 

Droit public des affaires c’est tout ce qui est commande publique. Fait amusant en droit public des affaires nous avons fini le semestre avant la promulgation d’un nouveau code qui refonde tout ce droit, heureusement ce prof avait tout prévu et on travaillait sur le droit qui allait être appliqué (sinon c’était absurde de bosser sur les anciennes sources pour qu’elles soient obsolètes entre la fin du cours et le début des oraux).

Droit judiciaire privé c’est, en TRÈS gros, la procédure civile. C’est un cours du parcours privé mais il fallait que je choisisse une option et j’aime le droit processuel (le droit de la procédure).

Droit des libertés fondamentales c’était sympa, un cours organisé différemment, en leçon, sans plan très clair et ça j’ai pas aimé, j’aime les plans de cours clairs et précis mais qu’à cela ne tienne, j’ai pris le cours pour en tracer un plan précis (c’est ça aussi la liberté).  

Contentieux administratif. BEST TRUC DU MONDE. J’ai gueulé sur ce cours et sa difficulté sur twitter mais la procédure administrative est tellement logique et claire c’est vraiment un plaisir fou à apprendre, pour tout vous dire quand j’écris ses lignes je me renseigne sur la possibilité de faire un master ou a minima un DU en la matière pour avoir de vraies compétences.

Bref. Trois ans de fac. Pas de redoublement. Une moyenne correcte mais surtout, beaucoup de boulot. Je ne crève pas sous le travail mais la charge est conséquente et il faut s’organiser, ne jamais être dépasser, toujours connaître les échéances précisément. Une année de fac n’est pas dure en soit, si elle durait 2 mois de plus ce serait génial mais elle ne fait pas 2 mois de plus donc c’est intense.

 

  1. Master :
    1. Généralités

Je viens de finir mon Master 1 en Droit Fiscal à UT1 Capitole, les notes ne sont pas encore arrivées. C'est clairement un niveau au dessus en terme de difficulté, tout est plus détaillé, complexe et les profs ont doublés leurs exigences. Aussi la sélection (qui maintenant pèse en L3 du fait de la sélection en M1) se fait clairement sentir, il faut trouver les bons alliés, les bons amis pour avancer sans perdre de temps. 

Les cours sont assez intéressants, beaucoup plus denses. Les cours de fiscalité "pure" sont les plus intéressants parce qu'on est vraiment dans notre domaine de spécialisation mais les autres sont tout aussi importants parce que le fiscaliste a besoin de tout connaître, du droit civil au droit des affaires, du droit administratif au constitutionnel. Bref, c'est de loin le semestre le plus complexe que j'ai eu mais le fait de faire ce que l'on aime aide beaucoup. 

Le premier semestre se passe très bien, j'obtiens une excellent moyenne et j'entre dans le TOP 6 ou 7 de mon amphi. 

Mon second semestre est marqué, comme celui de tout le monde, par le Coronavirus. Fait amusant : on a appris la fermeture des facs la veille d'un partiel blanc. Nous sommes restés un long moment sans informations au sujet des examens parce que la situation sanitaire n'était pas claire. J'ai profité de ce confinement pour faire confortablement tout ce que je fais d'habitude dans le stress le plus absolu. On a finalement appris que nous aurions 2 examens en plus des notes de TDs qui seront comptabilisées au titre du contrôle continu. Ce sont des examens à livre ouvert donc il fallait connaître son cours mais aussi développer des outils permettant de retrouver l'information le plus rapidement possible. À l'heure où j'écris ces lignes les résultats ne sont pas encore arrivés donc je ne peux m'exprimer dessus (un mélange de prudence et,je pense, d'humilité).

La grosse particularité de mon Master 1 c'est la sélection. En effet je fait partie de la dernière génération (ou presque) à subir une sélection entre le M1 et le M2. Cette sélection est extrêmement stressante malgré mon bon dossier parce que je ne considère jamais rien comme acquis avant qu'on me le confirme définitivement. 

Malgré cette sélection il ne faut pas s'imaginer une ambiance de panier de crâbes. On veut tous la même chose et on sait qu'à plusieurs ce sera plus facile alors s'installe des relations particulières où l'on se teste pendant un temps puis une fois que l'on sait que la personne est fiable on travaille vraiment ensemble pour aller en M2. 

Cette année est géniale sur le plan personnel/professionnel, je développe mes projets audiovisuels (en effet j'ai filmé deux conférences qui se sont retrouvées en ligne, une sur Kelsen et une sur Trump), j'ai l'honneur de participer à un colloque comme "Étudiant intervenant" (le colloque était particulier, 2 professeurs dirigeaient chacun une équipe composée de 2 doctorant(e)s et 2 étudiant(e)s) au sujet de la révision constitutionnelle. 

Enfin l'année s'achève sur un stage (encore en cours au moment où j'écris ces lignes) au sein de la branche toulousaine d'un immense cabinet d'avocats fiscalistes. C'est un stage très enrichissant malgré le fait qu'il se fasse en télétravail et ça affine énormément ce que j'aime. 

D'un point de vue totalement personnel cette année j'ai rencontrée une amie qui m'est précieuse et sans qui l'année n'aurait pas eu la même tête, la preuve que même avec la sélection on peut se faire de vrai(e)s ami(e)s. 

 

  1. Les Cours

Master 1

Fiscalité personnelle des particuliers

Fiscalité personnelle et patrimoniale des particuliers

Droit fiscal de l'entreprise

Droit fiscal de l'entreprise

Droit fiscal international et européen

Procédures fiscale

Principes du management

Comptabilité

Droit des instruments de paiement

Droit des entreprises en difficultés

Droit des restructurations des entreprises

Gestion du patrimoine

Fiscalité personnelle des particuliers ET fiscalité personnelle et patrimoniale des particuliers : Ces cours sont en fait un seul et même cours. On y parle des impôts touchant les particuliers : Impôt sur le Revenu, Impôt sur la Fortune Immobilière, Taxes Foncières, Taxe d'Habitation et certains prélèvements sociaux. C'est la seule matière qu'avec des fiscalistes dans l'amphi. C'est comme le cours de L2 mais en plus poussé, approfondi et complexe. 

Droit fiscal de l'entreprise : au premier semestre on parle surtout de l'entreprise individuelle tandis qu'au second on s'intéresse à la fiscalité des sociétés. 

Droit fiscal international et européen : le droit fiscal est pourtant faire pays par pays mais nous sommes dans un monde globalisé, les gens bougent et peuvent parfois se servir des règles fiscales des divers pays pour minoré leur imposition. Ainsi il faut comprendre comment fonctionne les droits fiscaux à l'échelle internationale. On y parle notamment des Conventions Fiscales Internationale qui sont des accords entre les pays pour simplifier les cas des contribuables dont la situation est "à cheval" entre 2 pays.

Principes du management : j'ai pas accroché à cette matière. J'aurais du mal à vous la définir parce que c'est un peu un OVNI. 

Droit des instruments de paiement (ou du financement des entreprises) : là le nom est très clair : un chapitre sur les chèques, les cartes bancaires etc... L'argent c'est tout sauf simple et il faut parfois revenir à des choses "basiques" (pas au sens de simple mais comme étant à la base des mouvements de fonds) pour comprendre le reste. 

Droit des restructurations des entreprises : fusions-acquisitions, transformation... le nom est ici aussi assez clair. C'est extrêmement intéressant parce que ce sont des situations communes dans la vie d'une entreprise qui ont beaucoup de conséquences. 

Procédures fiscale : LA matière que je voulais plus que tout. J'adore cette matière, j'aime tout ce qu'elle contient et c'est vraiment la voie qui m'intéresse le plus. Je suis un amoureux des matières de procédure et là c'est le mélange entre le fiscal et la procédure. Une merveille. On y voit les outils de contrôle de l'administration, le fonctionnement "technique" de l'imposition du point de vue de l'administration, les délais, les documents etc... 

Comptabilité : c'est un indispensable en droit fiscal. Là le nom est clair, on fait de la comptabilité.

Droit des entreprises en difficultés : une entreprise ça naît, ça vie mais parfois il y a des difficultés et là une entreprise ça peut mourir mais ce n'est pas toujours le cas parce que le but est toujours de sauver l'entreprise parce que sa disparition a de grandes conséquences (emplois, créanciers non payés...). 

Gestion du patrimoine: c'est très global et intense mais on voit comment arranger son patrimoine pour qu'il soit optimisé au mieux. Ce n'est pas qu'une optimisation fiscale, c'est aussi trouver la meilleure manière de réussir ses objectifs patrimoniaux (transmission, valorisation, sécurisation) . 

C. Généralités et vie à la fac

  1. Généralités :

Je vais surtout traiter des examens en sachant qu’ils sont tous un peu différents mais voici les bases (en tout cas à Toulouse) :

Écrits : deux matières que vous avez pris en travaux dirigés. Épreuve de 3h avec comme exercice :

Dissertation juridique

Commentaire de texte

Commentaire d’arrêt

Cas pratique

Je ne détaille pas plus ici, peut-être sur un autre article sur la méthode plus tard.

Oraux : tout le reste. En général 10 minutes de préparation sur un sujet pioché au hasard, 5 minutes d’exposé, 5 minutes de questions. Convocation par demi-journée et en général c’est premier arrivé, premier servi.

Oral écrit : une matière qui se passe normalement à l’oral mais du fait du nombre le prof fait un écrit. Souvent une question de cours ou un QCM (possiblement à points négatifs attention) pendant 1h.

  1. La vie à la fac

A la fac il y a du monde. Beaucoup de monde. Mais ne vous fiez pas au remplissage de l’amphi aux premiers jours, beaucoup abandonnent parce qu’ils se rendent compte qu’on peut ne pas venir en cours donc ils n’y vont jamais. De là à dire que c’est une bonne idée… j’ai un doute. Aussi beaucoup partent parce que le droit c'est pas leur truc (et là on ne peut rien dire, c'est pas fait pour tout le monde). 

Au début prenez un plan de la fac sur votre téléphone, c’est toujours utile mais n'ayez pas peur, quand on est perdu on demande gentiment à un type qui passe et c’est plié.

Pour le placement dans l’amphi voici ma place ultime : 4-5 rang. Certains profs ne parlent pas dans le micro et on n’entend quedal donc le fond c’est dead d’autant qu’il rassemble beaucoup de glandus qui causent trop fort. Le premier rang c’est hardcore mais why not.

Un point important l’entraide. Toutes les promos ont un groupe sur FB. Allez-y. Je vais vous faire part de ce que j’y ait vu. En gros il y plusieurs catégories d’étudiant :

  • Je ne participe pas, je ne regarde pas mais je suis là : invisible mais pas problématique.
  • Je demande H24 des trucs (notamment des cours) et je partage sans demander quand j’en reçoit un : Clairement nocif.
  • Je demande les cours poliment et je partage pas : toi je t’aime bien, tu bosses peut-être à côté, je t’envoie les cours, tout est parfait.
  • J’envoie les cours et je réponds aux questions à mort : c’est moi en L1 et L2, après j’ai été refroidi par le comportement de certains. 

Le groupe de promo est un espace parfait pour s’entraider. L’entraide c’est fondamental, tout le monde peut avoir à un moment besoin d’aide et aider les autres c’est un premier pas (au moins essayer). Vous n’imaginez pas le nombre de « va te faire » silencieux qu’il y a sous les posts de ceux qui ne veulent jamais envoyer un cours et qui en font la demande.

La licence en droit n’est pas un concours. On peut tous avoir 20/20 et c’est pas en se tirant dans les pattes comme des gamins stupides qu’on va y arriver. N’oubliez pas qu’en aident les autres on s’aide soi-même puisqu’en expliquant un cours à un pote on le comprend mieux et surtout les questions apparaissent et là on a de la plus-value parce que ces questions elles permettent parfois d’avoir des déclics qui font gagner un niveau de compréhension plus important.

Bref : aidez les potos, ça aide tout le monde.  

Edit pendant le master. Les choses sont un peu différentes, on va moins chercher à donner les infos parce que la sélection est pour nous entre le M1 et le M2 (pour toi lecteur ce sera certainement en L3) mais l'esprit de promo est assez clean. On est 140, c'est peu mais déjà beaucoup quand on sait que l'année prochaine nous serons 30. 

 

 

D. La vie en dehors de la fac

Pour ce qui est des sorties je ne peux pas aider : je n’aime pas ça mais j’ai quelques fois des potes à l’appart pour gossip et discuter. Juste quelques choses :

Sortir au point de ne pas pouvoir aller en cours le lendemain est une très mauvaise idée .

Vous murger tous les soirs ne fait pas de vous un grand, ça fait de vous un pochtron et c’est pas joyeux. Évidemment, une murge ça arrive mais pas tous les soirs, soyez raisonnables.

Les cours sont la priorité. Le reste gravite autour dans la mesure du possible (quand on a besoin d’un boulot à côté évidemment c’est différent mais là vient l’utilité de l’entraide).

Développez votre curiosité. Le droit c’est magnifique mais ce n’est qu’un angle de vue de la réalité, intéressez-vous à la philosophie, aux sciences mathématiques (physiques etc…), faites du sport (ouais c’est moi qui dit ça avec mon corps de fût de bière mais c’est pas bien, faites attention à vous), faites-vous des amis (ça se fait naturellement hein, je suis difficilement social, on me décrit comme singulier, c’est un mot sympa pour "type énervant mais il y a pire" et pourtant aujourd’hui mon groupe d’ami est parfait).

Lisez, matez des films, des séries, des vidéos YT. Tout ça c’est de la culture (ouais, même McFly et Carlito… bon matez pas que ça parce que c’est relativement longuet).

Un point très important, appelle tes parents pour ce coup (non pas de sujet gênant).

Les appartements. Au début j’étais dans une résidence universitaire privée. 600 baluches les 20m^2 dans le centre. C’était la solution de facilité, il me fallait un logement rapide et sans chichi, ma famille était dans une situation où on s’en fichait, il fallait vite peu importe le prix (oui c’est une chance). Sauf que c’était nul, tout petit, mal fait et mal organisé donc j’ai voulu déménager. Coup de chance on a trouvé rapidement dans notre entourage un appartement à louer. C’était plus loin dans Toulouse mais même prix et 45m^2. Et oui, c’est mieux d’autant que l’arrêt de bus est pas loin.

Où est-ce que je veux en venir : évitez au maximum les résidences universitaires privées, les ¾ des services n’existent pas en réalité et vous allez être dans des boites merdiques à prix d’or. Recherchez autour des propriétaires le plus tôt possible, si vous tombez sur un proprio pas trop borné il y a moyen d’avoir de vraies merveilles.

 

 

E. Divers Conseils

Le droit ce n’est pas apprendre par cœur. La somme de chose à connaître par cœur est très faible (en gros des arrêts de droit administratif mais en les manipulant tout le semestre ça se fait facilement) toutefois sans connaissances on ne peut pas réfléchir. 

Apprenez la méthode et pratiquez-la, c’est la meilleure manière pour la connaître parfaitement et n’avoir à se concentrer que sur le contenu.

Soyez rigoureux : aucune question vis-à-vis du cours ne doit rester avant un examen. L’idéal est d’avoir répondu à toutes les questions au fur et à mesure de l’année mais c’est pas toujours le cas. Dans ces situations tournez-vous vers : votre prof, Internet (twitter, groupe de promos, sites avec des cours), des manuels ou des gens qui sont déjà passés par là.

Profitez : la fac est un lieu dans lequel vous allez passer une part intéressante de votre vie donc profitez pour vous développer. On ne ressort pas de la fac comme on y est entré et tant mieux. C’est le lieu idéal pour échanger, apprendre des autres et de soi-même. Jetez à la poubelle toutes ces conneries de « développement personnel » vendu sur Internet, c’est stupide comme truc et ça ne feras pas de vous un « winner leader alpha » mais un « gros glandu formaté qui ne comprend rien à rien ». On devient intéressant en étant curieux, pas en voulant « devenir intéressant », cette démarche ne conduit qu’à se fermer des portes parce qu’on essaie de se conformer à une image qui n’est pas soi-même. Je vais lâcher une phrase merdique Instagram mais « essaie de devenir la meilleure version de toi-même, pas d’un autre qui est certainement un connard fini mais qui se cache derrière une bonne tronche ».

Bossez : la recette miracle pour avoir une bonne note c’est le travail. Trouvez votre méthode de travail. Dans un premier temps celle pour le bac peut être une base mais vous verrez qu’elle a des limites, adaptez-la et ça va se faire tranquillement. Perso j’imprime mes cours, je surligne avec une seule couleur (mais les jurisprudences sont en gras) et j’annote à mort. Quand je fais des fiches ce ne sont pas des fiches mais des reformulations pour avoir un style plus direct, gagner de la place (en général mon cours est divisé par 2) sans perdre d’information ("IMPASSE TU FERAS DANS LE CUL TU L’AURAS", oui c'est vulgaire mais ça reste en tête) mais ce n’est qu’une méthode, elle me correspond, elle ne vous ira peut-être pas.

Soignez votre poste de travail : Mon appart est grand, c’est une chance mais que l’appart soit grand ou petit une priorité : un espace de travail propre, ordonné, adapté à vos besoins et confortable. Mon fauteuil est assez cher mais j’y suis une bonne partie de la journée donc pas de mal de dos, j’ai des écrans en plus pour mes ordis (NB : les ¾ des choses que j’ai sont soit récupérées pour pas un rond soit je les fabrique quand je suis chez mes parents. J’en reparle après) pour mieux y voir vu que je bigle. Il faut avoir du plaisir à s’installer à son bureau, on y passe trop de temps pour le sacrifier.

Soignez votre cours/document de travail : à la main comme à l’ordi. Si votre cours est un torchon vous ne l’apprendrez pas et vous allez vous planter. Mon document de cours, modèle Word (Word est gratos dans certaine fac, téléchargez-le), j’ai mis 4 ans à l’affiner et il faut encore que je le peaufine mais de base il était propre. De l’espace, des couleurs, une police belle et LISIBLE et si vous pouvez une reliure peigne. Une machine ça coûte 30-40 euros et les consommables sont couteux mais réutilisables donc c’est assez vite rentabilisé quand on voit les coûts d’impressions et de reliure même à la COREP. J’ai eu tout de suite une imprimante dans mon appartement, c’était celle de mes parents, les cartouches coutaient moins de 2€, j’ai rentabilisé en quelques mois. ON CHOISIT UNE IMPRIMANTE EN FONCTION DU PRIX DES CARTOUCHES. Actuellement j’ai un modèle pro (une grosse WF 7720, 200€ ce qui est très cher mais vu le prix des cartouches j’ai calculé une rentabilisation en 1 an à peu près) et c’est parfait. Pensez à imprimer sur du papier un peu épais (90gr), ça fait un document plus cossu et c’est pas perdu puisqu’ensuite on garde les cours en archive (important) et évidemment on n’imprime pas pour rien.

Sauvegardez vous cours : mes cours sont tous sur dropbox comme ça c’est en ligne mais aussi accessible en dehors de toute connexion (les cadurciens/campagnards comprendront), j’ai une sauvegarde sur 2 Disques durs externes et une clé cachée. Perdre ses cours c’est un enfer qui est facilement évitable.

Faites attention à votre santé : si vous mourrez vos études n’auront pas réellement de sens. Votre santé est LA PLUS GRANDE PRIORITÉ, qu’elle soit mentale ou physique. Votre médecin est ton meilleur pote pour ça, n’hésitez pas un instant. Je négligé ma santé pendant un temps et c’était une connerie.

Découvrez la ville : je viens de Cahors avec une éducation parisienne selon laquelle il faut tout découvrir, visiter et s’ouvrir. Toulouse j’y étais allé une fois ou deux avec mes parents et jamais dans le centre mais là j’allais être seul dans Toulouse qui est une plus grande ville que Cahors alors il fallait découvrir et j’ai trouvé LA technique : me perdre. Je partais à pied de mon appartement pour l’aprem avec un objectif précis en centre-ville. L’idée était d’arriver à cet objectif, faire ce que j’avais à faire et ensuite pour le retour le faire sans maps. Je me suis paumé mais à un point, j’ai trainé dans les centres commerciaux du Shit toulousain comme un con avec mon attitude de campagnard mais au moins j’ai découvert et maintenant même si je consulte toujours un peu une carte j’arrive rapidement à me repérer (dans Toulouse c’est pas la mort mais je viens de Cahors, c’est ridiculement petit Cahors).

Le naturel : Soyez naturel. Je vais faire un point sur LinkedIn. J’y suis sur ce truc, mais j’aime pas. J’aime pas parce que tout sonne faux surtout le « Cher Réseau ». PERSONNE NE DIT ÇA DANS LA VIE COURANTE. Soyez simplement naturel, poli et courtois et vous aurez des amis qui formeront peut-être un réseau. Même chose avec les profs et autres professionnels. Soyez naturels, polis et bien-élevés et peut-être que professionnellement ça sera intéressant mais si vous visez ça en premier vous allez passer pour le profiteur de base et autant ça peut marcher avec certains mais pour beaucoup ça ne va pas du tout le faire, à la limite de se griller.

L’organisation : il faut être organisé. Bon bah maintenant débrouillez-vous avec ça. JE DECONNE j’en suis à 14 pages mais j’ai encore la foi (et surtout beaucoup trop de temps maintenant que je suis en vacances) autant aller jusqu’au bout. Être organisé ça veut surtout ne jamais se faire surprendre, ne jamais avoir à sortir un « oh bordel c’est demain » parce que ça c’est la mort. Les échéances à la fac ça tombe presque tout le temps aux mêmes périodes mais on a les dates assez tard ce qui signifie : être prêt au moins 2 jours avant le début des hostilités. Votre TD doit, dans l’idéal, être fini de manière à vous laisser une journée avant celle la séance, juste au cas où. Pour un partiel il ne faut jamais être prêt juste la veille, un programme de révision qui finit la veille d’un partiel est trop tardif. Évidemment on n’a jamais fini de réviser mais, toujours dans l’idéal, la semaine avant l’exam doit juste être un moment de vérification de dernières minutes, pas un moment de découverte. Toutefois ce n’est pas toujours possible, bien souvent cela tient du rêve mais il faut tout faire pour que cela se passe ainsi, c’est une base.

Développez des compétences "différentes" : le droit c'est génial mais apprenez à faire autre chose, si possible une activité "pro". Les miennes c'est notamment l'audiovisuel et le bricolage. Je travaille ça dès que possible ce qui me permet de réaliser quelques captations de conférences. Certes la vidéo c'est pas non plus extraordonnaire mais en fac de droit c'est pas non plus une compétence acquise par tout le monde et il faut savoir l'utiliser. J'ai décidé que mon "combat" serais le partage de la connaissance (génération vulgarisateur) et à la fac il y a des dizaines de conférences par an. Le service audiovisuel ne peut pas toutes les capter donc j'apporte humblement ma pierre à l'édifice. Trouvez ce qui vous permettra de faire une différence et développez ça. 

Sors-toi les doigts : Franchement je suis resté poli tout le long de cet article alors qu’en vrai je jure comme un charretier. Sors-toi les doigts ça veut dire apprend à cuisinier même rien qu’un peu, apprend à bricoler (quand on bricole c’est un investissement si on n’a pas de matos mais ça peut valoir le coup), apprend à récupérer (toujours l’œil à l’affut d’un bon plan, d’un truc qui traine et qui pourra devenir autre chose une fois qu’on lui aura collé 3 coups de scie). Quand je suis chez mes parents j’ai un tout petit peu de matos (3 fois rien vraiment) donc j’en profite pour faire ce qu’il me manque avec du bois de récupération, des petits objets mais pratiques comme un support pour relever les pieds, des élévateurs d’écran etc… une fois à Toulouse une bombe de graf à 3€ et fin du jeu j’ai économisé 200 balles.

Et pour finir parce que cet article est bien trop long et que je vais devoir le relire :

REFLÉCHIS. Rien que ça c’est le truc qui va te faire gagner du temps. Anticipe les choses, créé tes outils de travail (les fiches etc…) en fonction de tes besoins et pas de celui des autres, participe à ton groupe de promo (la fameuse entraide), développe des projets annexes et amuse-toi en droit, c’est largement possible ! Un détail rapide : cherche les infos avant qu’elles arrivent, la fac c’est pas toujours très clair mais en cherchant un peu on trouve ce que l’on veut alors familiarise toi avec les outils internet de la fac, cherche les documents (comme le calendrier universitaire), c’est utile.

Ultime conseil : fermez vos tronches. Je l'ouvre tôt. Sachez vous taire

Ce fut long et j’ai tant d’autres choses à dire mais ça va venir.

Yannis Vassiliadis.

Si tu as des questions : commentaire ou mail : etudiantsendroit@gmx.fr ou @Khiox

 

 

 

Une question ? Une remarque ? Un commentaire ?
L'espace ci-dessous est pour vous !

Besoin ou envie de nous contacter ?
Un formulaire de contact est à votre disposition dans le menu à droite.

Ajouter un commentaire

 
×