Ophélie. Un monde étrange

Bonjour,

Avant de commencer à répondre à la trame principale je pense qu’il est nécessaire de connaître un peu le pourquoi. Le pourquoi je suis venue en fac de droit. Question que je me répétais inlassablement avant tous les partiels de cette première année en faculté de droit. A vrai dire, je suis un peu un OVNI passionnée d’anglais aimant la politique et surtout perdue dans son orientation. J’ai toujours voulu être prof d’anglais et ce jusqu’à la veille de la rentrée en fac de droit. J’étais tiraillée entre cette profession que j’estimais être une vocation et le droit qui semblait être un milieu tellement fermé où seul les initiés pouvaient comprendre de quoi il s’agissait. C’est ce qui m’a attiré, cette filière qui semblait tant élitiste dans la bouche des gens. J’ai donc décidé de faire partie de ces « initiés » au droit que je voyais en allant au lycée, chemise, macbook, mocassin quand il faisait beau et surtout code Dalloz bien rouge (ça fait plus juridique) toujours à la main sans oublier un café bien fort pour survivre.

J’ai été séduite dès le premier cours, une nouvelle ambiance, un amphithéâtre avec plus de 400 étudiants, un professeur charismatique arrivant dans sa toge (ou robe?) de docteur nous souhaitant la bienvenue en droit. Dès la première heure, on s’y met, des notions juridiques, des définitions, des principes, leurs exceptions, des plans à rallonge, des Chapitres, des sections, des grands 1, des petits a, des alphas à n’en plus finir. Plutôt marrant car quelques mois auparavant je me plaignais auprès de mes profs que le plan était trop long dès lors qu’il allait au délà du D. Bien sûr ils riaient en me répondant que ce n’était que le début et que je m’y ferais. On pense toujours que nos professeurs de Terminale cherchent juste à nous faire peur, à nous démoraliser. Mais la rigueur demandée à la faculté de droit est tout autre que celle du lycée, un plan en 2 parties lui même divisé en 2 sous parties. Jamais de oui/non toujours de la nuance, de la nuance et de la nuance !

Ce que je n’oublierais jamais c’est cette phrase de mon professeur d’SES lors du dernier cours avant le BAC « Les plus belles années sont à venir ». Je ne sais pas si cela est valable pour toute les filières mais ça l’est pour le droit. Je ne suis qu’en L1 mais cette année a été une des plus belles au niveau culturel ainsi que de connaissance de moi même. Au niveau culturel n’ayant aucun juriste dans ma famille j’ai tout appris, les bases du droit, des choses futiles, des anecdotes historiques ou des mécanismes plus compliqués. C’est ce que je souhaite dire à chaque étudiant qui souhaite s’aventurer en droit. Quand on entre en faculté de droit on part presque de 0. Presque car il y a des choses où tout le monde n’est pas au même niveau comme pour l’orthographe, la syntaxe ou le fait d’être à l’aise à l’oral. Mais au niveau des connaissances, de la méthode de travail et de ce que l’on attend de nous je dirais que le droit donne sa chance à tout le monde, à tous ceux qui persévèrent. Si vous voulez réussir en droit vous le pouvez car pour la plupart nous arrivons sans rien ne connaître, découvrant chaque matière et chaque notion au fur et à mesure de l’année. Ce n’est pas comme une fac de mathématiques où celui qui est meilleur en maths qu’un autre réussira mieux. Le droit est une langue à part entière, une langue (plus que vivante) 3.

J’ai utilisé le terme « ceux qui persévèrent » car le droit et moi c’est une sorte de relation « toxique ». Un jour je suis motivée et j’adore mes études, le lendemain je déteste et je veux tout arrêter. Mais je crois que c’est ça le droit, des hauts et bas et une relation tout sauf platonique. Je pense que c’est ce que j’aurais aimé savoir avant de commencer les études de droit. Ce domaine permet de voir à quel point vous êtes capables de vous dépassez pour réussir quelque chose. Parce que oui, j’aurais aussi aimé savoir, avant d’entrer en faculté de droit, à quoi correspondaient les matières comme Histoire du droit des personnes et de la famille ou encore histoire des sources du droit ou institutions administratives. Tout ne sera pas passionnant en fac de droit, vous n’aimerez pas tout mais justement pour le droit vous travaillez, vous vous dépassez car c’est ça aussi le droit un domaine où on se bat pour réussir, pour construire notre futur.

Maintenant que ma L1 est terminée, que les partiels sont passés il y a de nombreux conseils que j’aurais aimé donner à la moi d’il y a 9 mois. Tout d’abord, il faut bien préparer ses TD, conseil de base de tous les chargés de TD mais difficile à appliquer. Faites le vous vous remercierez aux partiels. N’hésitez pas à aller chercher dans les manuels d’autres professeurs si le cours ne vous plaît pas, ça ne peut que vous faire aimer la matière, enrichir vos connaissances et faire de vous une copie qui se démarque.

Mais surtout, il n’y a pas d’hésitation, foncez vers les études de droit. J’en suis la preuve, j’ai commencé la faculté de droit en voulant être prof d’anglais et j’ai trouvé en cette faculté une vocation, les études qui me correspondaient. Même si vous ne faites qu’une L1 cette année ne sera jamais perdue tant ces études sont enrichissantes.

 

 

Une question ? Une remarque ? Un commentaire ?
L'espace ci-dessous est pour vous !

Besoin ou envie de nous contacter ?
Un formulaire de contact est à votre disposition dans le menu à droite.

Ajouter un commentaire